Mesdegustations

Dégustations, accords & autour du vin

Cahors – Château Bru Lagardette – 2007

Dégusté le 22/04/2011.

Découvert suite à un achat lors d’une mini foire au vin dans son millésime 2005, je n’ai pas hésiter à prendre quelques 2007 lorsque j’en ai eu l’occasion. En effet, pour un prix très raisonnable on se fait plaisir tout de suite avec ce Bru Lagardette (autour des 4 à 5€). Certes ne cherchez pas à la comparer avec un château du Cèdre, référence de l’appellation cahors, on n’est pas dans la même catégorie mais le plaisir est bien là aussi !

Noir et  brillant comme peut l’être une cerise noire, voilà l’impression que l’on a une fois versé dans le verre. Ce noir est intense est profond.

Le nez est en accord avec la vue puisque c’est d’abord la cerise noire qui domine, ainsi qu’un joli mélange de fruits noir (mûre) et rouge (framboise). La rondeur est flatteuse et on devine une certaine puissance. On trouve également du vanillé (boisé ,) et du cuir.

Le 2d nez est similaire mais bien plus marqué par le cassis. Là encore c’est joliment rond, flatteur, charmant, et pour utiliser un mot à la mode, « gourmand ».

En bouche, le côté vanillé/boisé est encore trop présent (je ne sais si cela est vraiment dû à un passage en fût), mais c’est déjà largement buvable en l’état car on retrouve ce côté chaud et rond du nez. Belle  longueur sur le fruit. Jolie matière et sensation de puissance, un vin « gaillard ».

On peut donc l’attendre. Le 2005 était plus beau (ce n’est pas une surprise), il faut que je retrouve si j’ai rédigé une fiche pour lui 😮

Ce 2007, en tout cas, a accompagné avec justesse un magret de canard grillé.

Accords : magret de canard, confit de canard, viandes rouges, fromages basques, brebis, roquefort

Infos : Château Bru-Lagardette – Cahors – 2007 – Rouge – 12,5%

Partager

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 Mesdegustations

Thème par Anders Norén