Catégories
2016 Dégustations

VDP de la Vallée de l’Hérault – Mas de Daumas Gassac – 2000

Dégusté le 27/03/2016.

MAs de Daumas Gassac rouge 2000Belle brillance pour le pourpre intense de la robe, uniforme et accrocheuse.

A l’ouverture de la bouteille, des notes de boite de tabac, de café et de jus de viande s’échappent. Après 5 heures de carafe, ces arômes se sont fondus dans un mélange de fruits rouges (cerise griotte framboise, fraise cuite), de cuir et de violette très joli. L’ensemble est rond, pas exhubérant mais charmeur.

Cette rondeur fruitée caractérise le 2d nez. Le tabac, le café et le cuir reviennent, donnant un très beau mélange avec le joli cuir et la griotte. Le tout s’harmonise bien, donnant une belle richesse aromatique, assez complexe et gouteuse. Le fruit est vraiment très rond, sur une cerise griotte à point, évoluant vers la prune bien mûre, voir le pruneau.

Daumas rouge 2000L’attaque est douce puis monte de façon franche. On est sur des sensations complexes de notes torréfiées et de jus de viande finement boisé. La matière est bien fondue. La longueur n’est pas extraordinaire et le boisé un peu vert. Il ne s’agit sûrement pas là du meilleur millésime des rouges du Mas mais il passe très bien sur un carré d’agneau aux légumes du sud confits.

Accords : carré d’agneau, agneau, viande rouge, bœuf, côte de veau, petit gibier, saint Nectaire, vieux gouda, mimolette extra-vieille

Infos : Mas de Daumas Gassac – VDP de la Vallée de l’Hérault Rouge – 2000 – 13%

Catégories
2015 Dégustations

Saint-Julien – Château Gruaud-Larose – 1995

Dégusté le 19/09/2015.

gruaud-larose 1995La visite au château Gruaud-Larose cet été m’a convaincu d’ouvrir ma bouteille de 1995, comptant parmi les excellentes années du siècle dernier. Et puis voilà déjà 20 ans que les vendanges ont été réalisées, donc on prépare une côte de veau bien épaisse et un simple gratin de macaroni pour l’accompagner et on y va !

Le tuilage est à point, uniforme, couleur brique, marquant le beau pourpre encore brillant du breuvage.

Sans l’agiter, le verre au calme, les senteurs de fruit rouge cuit, de cuir, de gibier, de faisan, de jus de viande, de boîte à cigare, de petites baies noires chatouillent agréablement le nez. Quelle complexité ! Il semble respirer car il varie entre parfums très évolués et notes plus rondes de fruit.

gruaud-larose 1995 bouchon
Le très long bouchon n’est qu’à peine entamé !

Agitons-le enfin… Là, tout s’harmonise. La crème de café, le cigare, le cuir s’affirme alors, virevoltant avec le fruit noir, le jus de viande, le café et le kirsch. De belles touches de champignon apparaissent évoluant très vite vers la truffe, franche et très présente. De délicates senteurs fumées, comme le bois légèrement fumé sont en fond. C’est vraiment très élégant, marqué de noblesse. On est charmé par la truffe qui domine le cuir, et la rondeur fruitée qui enrobe le jus de viande.

Tout est fondu et souple en bouche, procurant des sensations extrêmement soyeuses. On a une densité pleine de délicatesse. L’équilibre et constant, sur une assez belle longueur, marqué par un léger retour acide/amer pas choquant du tout. C’est très évolué, c’est… particulièrement BON !

Accords : côte de veau, gratin de macaroni, faisan, truffe, champignon, gibier, gibier à plumes, carré d’agneau, vieux gouda, mimolette extra-vielle

Infos : Château Gruaud-Larose – Saint-Julien – 1995 – 12,5% – Rouge

Catégories
2013 Dégustations

VDP de la Vallée de l’Hérault – Mas de Daumas Gassac – 2004

Dégusté le 24/12/2013.

Daumas rouge 2004A l’ouverture c’est sur des notes animales que ce Daumas nous salue avant de passer 3 à 4 h de carafe.

La robe est d’un beau rubis profond avec un liseré à la teinte encore jeune.

Le nez est d’abord sur un fruit intense et bien mûr de cerise noire. Le cuir, les herbes aromatiques (thym, laurier) et les senteurs de garrigue sont de la partie. Il y a vraiment une belle rondeur du fruit bien tentante.

Catégories
2013 Dégustations

Vin de Pays de la Vallée de l’Hérault – Mas de Daumas Gassac – 2003

Dégusté le 20/10/2013.

Mas de daumas Gassac 2003L’année 2003, l’année de la canicule… une année particulière pour de nombreux domaines, plus difficiles pour certains. L’enjeu était de réussir à préserver un peu de fraîcheur au niveau du fruit. Beaucoup l’ont réussi, donnant des vins typés mais excellents. Mais quand est-il du potentiel de garde par rapport à des années plus « classiques » ? Comme on l’a vu pour d’autres domaines, on peut être parfois un peu étonné qu’après 10 ans on ait  des vins toujours excellents.

Voilà où en était ma réflexion quand j’ai décidé de prélever ce Daumas Gassac 2003 de ma cave, sachant au vu des commentaires lus de ci de là que ce n’est certainement pas le meilleur de chez Guibert et qu’il sera difficile de le mettre sur le même plan qu’un 98.

Au débouchage : gibier, fruit noir et violette se font sentir.

Après un passage en carafe de plus de 5H30, quel est le verdict ?

Catégories
2013 Dégustations

Pessac-Léognan – Château Carbonnieux – 1997

Dégusté le 19/05/2013.

Chateau carbonnieux rouge 19971997 est une année moyenne dans le Bordelais, il était donc peut-être tant d’ouvrir ce grand cru de graves réputé dans sa livrée rouge.

La robe se teinte de superbes nuances brillantes de brique rouge sombre.

A l’ouverture, on peut détecter déjà beaucoup de choses, c’est complexe, intense et très élégant. On a  un très beau cuir vieilli avec des notes de gibier. Mais également encore des touches de fruits rouges bien mûrs, voire cuits. Y-a-t-il des effluves plus florales ? Peut-être un poil de violette mais elle est très volatile. C’est très attirant, le mélange cuir/fruit est superbe.

Catégories
2013 Dégustations

Vin de Pays de la Vallée de l’Hérault – Mas de Daumas Gassac – 1998

Dégusté le 31/03/2013.

mas de daumas gassac rouge 1998L’année ‘98 étant une excellente année dans cette partie du Languedoc, j’ai réussi à patienter jusque là pour voir ce que donne ce Daumas rouge.

A l’ouverture, une belle intensité aromatique se dégage immédiatement. J’ai ensuite carafé seulement entre 5 et 6h, peut-être limite pour un Daumas, mais vu l’âge, c’est toujours risqué.

Le moment enfin venu, c’est une robe profonde et d’un pourpre uniforme qui brille dans le verre.

Le nez est d’abord sur le fruit noir comme la mûre, la prune et la cerise. C’est intense avec des impressions de rondeurs et de fruit cuit. Cuir et boisé léger sont présents et le tout semble fin. Une note florale qui me fait penser à de la rose se mêle à l’ensemble.